Je ne me suis jamais sentie belle

Je ne me suis jamais sentie belle Odile Laude Inspiratrice de vie

J'ai toujours eu du mal avec mon apparence physique

Dans l’Expérience du Cœur, Stéphane et moi on vous dit souvent les 2 choses suivantes : 

La première, c’est que quand on a décidé de faire la paix avec une partie de nous mêmes, la “Vie” nous envoie des événements qui nous font revivre encore et encore le même défi, comme pour nous dire :

– Ok ! Tu me dis que tu ne seras plus victime de ce que pensent les autres. Et là, face à cette situation, es-tu toujours aussi sûr de toi ?

Et la deuxième chose, c’est que l’on expérimente nous-mêmes tout ce qu’on vous enseigne.

Et bien, la “Vie” vient de me l’envoyer en pleine face (au sens propre comme au figuré) ce test !

J’ai toujours eu du mal avec mon apparence physique, avec mon corps.
Je ne me suis jamais sentie belle, pour un tas de raisons, justifiées ou pas. Mes critères de beauté s’appuyaient sur des références que la nature n’avait pas cru bon de me donner. Enfant rêveuse, calme, introvertie, réservée et sensible, ma joie de vivre n’était apparemment pas suffisante pour être populaire auprès de mes camarades de classe. Pas très sportive, mon corps était loin d’être mon ami et si j’avais pu être moins grande, ça m’aurait facilité la tâche pour être encore plus transparente.

Et pour la première fois de ma vie je me suis vue

Mais, il y a un an de ça, la “Vie” (encore elle), m’a fait perdre tous les poils de mon corps. Plus de cheveux, plus de cils ni de sourcils, je vous épargne les autres détails.

Ayant dans mes valeurs l’authenticité, la sincérité et l’humilité, j’ai tout naturellement refusé de porter une perruque, et j’ai donc vécu 7 mois de ma vie, complètement chauve.

Moi qui n’avais pas une grande estime pour mon physique, qui passait des plombes devant ma penderie et à la salle de bain tous les matins, pour être rarement satisfaite du résultat.
Moi qui avait toujours peur de ce qu’on allait penser de moi, qui me comparait sans cesse aux autres femmes, plus féminines, plus jolies, plus sûres d’elles. Pathétique !

Et bien j’ai découvert un truc inouï, insensé. Je pouvais me promener dans la rue, tête chauve et nue sans que les gens ne se retournent sur moi. Sans même un mouvement de recul, un regard de pitié ou de peur. 

Et pour la première fois de ma vie, je me suis vue. 

Odile Laude Inspiratrice de Vie (2)

Les griffes de mon chat

Dans le miroir, c’est comme si je me voyais telle que j’étais au plus profond de moi. Comme un enfant qui vient de naître et qui découvre son visage pour la toute première fois.
Et là, devant ce miroir, je me suis aimée. J’ai aimé cette femme au regard profond, doux et sensible. J’ai aimé ce corps qui travaillait de manière admirable à me maintenir dans une belle énergie malgré les traitements et accomplissait le miracle de la guérison.
A 46 ans, j’ai fait la paix avec mon apparence physique et mon corps.

Et ce matin, surprise ! La “Vie” est venue me tester.

Il se trouve que j’ai un chat qui vient me réveiller le matin pour que je le fasse sortir ou pour lui remplir son bol de croquettes. Il a pour habitude de venir miauler au pied de mon lit ou de sauter (sans prévenir) sur la tablette de ma tête de lit en me piétinant au passage.
Sauf que ce matin, il a raté son coup. Ses griffes ont dérapé de la tablette pour finir sur mon visage, me laissant une belle entaille sur le nez et sous l’œil.

Je vous avouerai que l’idée d’être défigurée par les griffes de mon chat m’a traversé l’esprit. La tête sous le robinet, je me suis bien demandée aussi quel concours de circonstances m’amenait à vivre cet instant irréel. Mais dans l’ensemble j’ai réussi à garder mon calme. A ne pas pleurer ni à me mettre en colère, à ne pas me lamenter sur mon sort et garder foi en ce que la Vie m’amenait à vivre.

Vivre en amour avec TOI

Devant ma réaction plutôt zen, mon Homme et mes enfants m’ont aidé à relativiser. L’un en me disant : Quoi qu’il arrive je t’aimerai quand même ! (bon, je ne sais pas comment je dois le prendre). Et les autres en me rappelant que tous les supers héros (ils sont fans des Marvel et de Mangas) ont une cicatrice quelque part et que c’était trop stylé (ça non plus je ne sais pas comment je dois le prendre).

Alors, à toi qui vient de me lire, l’envie me vient de te poser ces 2 questions.

La première : Aimes-tu ton corps ?
Sincèrement ? Entre nous. L’aimes-tu d’amour, sans jugement ?

Et la deuxième question : Si tu penses que le fait d’avoir rejeté ton corps, de t’être coupé de lui (peut importe la raison) est un frein à ton épanouissement personnel ou professionnel, et bien que décides-tu de faire maintenant pour te reconnecter à lui ?

Parce que Oui !

Sans action de ta part, rien ne changera. Et tu n’es pas obligée de passer par la maladie comme moi pour être en amour pour toi, pour la femme magnifique, lumineuse et vibrante que tu es. Tu peux vivre cet amour pour toi sans culpabilité, sans avoir peur de ce que vont penser les autres de toi, avec confiance et sérénité.

Alors, fais moi savoir dans les commentaires, que décides-tu de faire maintenant pour réapprendre à t’aimer ?

Odile Laude
Inspiratrice de Vie

Partager cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Odile Laude

Odile Laude

J’accompagne des femmes qui ont vécu un accident de santé, un événement traumatique, du harcèlement affectif, qui les a laissé affaibli physiquement et émotionnellement. Je ne suis ni médecin, ni psychologue, ni thérapeute ou praticienne en médecine d’aucune sorte. En aucun cas, l’accompagnement que je vous propose ne doit remplacer un avis médical, un traitement ou un suivi avec des professionnels de santé. C’est grâce à un PARCOURS de Vie particulier et à mes recherches personnelles en neurosciences, épigénétique et logothérapie d’une part et en nutrition, en alimentation et en sport bien-être d’autre part, que j’ai développé mes propres MÉTHODES d’accompagnement. Un jour, un diagnostic tombe et on découvre en nous une grande Force. Une FORCE insoupçonnée qui nous fait réaliser des choses dont jamais, on ne se serait cru capable. Nous avons tous en nous ces capacités insoupçonnées. Cette Force de résilience, cet Élan de vie. Tout est là. Es-tu prête à les découvrir ensemble ?

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

D'autres articles qui pourraient vous plaire

Tout est déjà là

Il arrive parfois, que l’on doive cohabiter avec un autre que nous.
Pour oublier un événement traumatisant, par obligations,… la vie nous a entraînés sur un chemin qui n’est pas le nôtre.

Lire la suite »
Retour haut de page