Histoire d’une femme Ordinaire

Mon histoire Odile Laude Inspiratrice de vie

L'histoire de Vie d'une femme ordinaire

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été une fille rêveuse, sensible et passionnée. Ma curiosité et mon esprit créatif m’ont donné très tôt des envies d’indépendance et de liberté et j’attendais avec impatience les périodes de vacances scolaires pour m’échapper du quotidien monotone et répétitif, mettre quelques vêtements dans un sac et partir retrouver des amis lors d’un stage musique, faire du camping, accompagner des enfants en séjour à la montagne, découvrir d’autres paysages, partager, croiser d’autres gens, d’autres vies. Autant j’étais introvertie dans ma vie “normale”, autant j’étais comme un poisson dans l’eau dans ces périodes d’itinérances entre passions, rencontres et nature.

Mes études se sont passées sans vagues et dans la discrétion la plus absolue. J’ai très vite compris que pour être tranquille, ne pas se faire malmener et attirer à moi les problèmes, il valait mieux quitter les places de première de la classe et avoir des résultats juste “comme il faut” pour passer à l’étape supérieure le plus rapidement possible. Un été, je suis allée rejoindre mon amoureux qui venait d’être muté à plus de 700 km de chez moi. J’avais troqué les animations dans les colos contre un job de caissière en hypermarché pour la période estivale et contre toute attente (surtout celle de mes parents), je ne suis pas rentrée chez moi.

Quand on a 20 ans ...

J’ai plongé direct dans le grand bain du marché du travail, je me suis mariée (parce que c’est ce qui se faisait) et à 22 ans, je devenais responsable d’un magasin de décoration avec mon mari, une découverte totale qui allait faire mon bonheur pendant un bon paquet d’années.
Huit ans et 5 déménagements plus tard au 4 coins de la France, nous avons posé nos valises dans le centre de la France où un autre projet de Vie allait voir le jour, la naissance de nos enfants.

On dit souvent que quand on attend un enfant, nos propres souvenirs d’enfance refont surface. Je ne peux que confirmer. Et j’irai même jusqu’à dire que notre Vie prend un sens nouveau ou plutôt qu’on renoue avec notre essence originelle.

 

Mettre au monde un enfant pour ensuite le confier à une nourrice pour reprendre le chemin du travail et ne le voir que 1 à 2 heures par jour était pour moi inconcevable. C’est comme ces gens qui prennent un animal pour ensuite le laisser enfermer toute la journée dans une maison, quand ce n’est pas un garage, juste pour le sortir 1 fois par jour et encore.

Je sais, je vous entend me dire que comparer un enfant à un animal, c’est limite. Je suis d’accord, mais au fond c’est la même chose.

Ce qui fait que pour être en cohérence avec ce principe de voir grandir mon enfant et de participer activement à son épanouissement et bien je suis partie en quête de nouvelles manières de travailler. Parce qu’autant j’avais ce côté maternel en moi, autant j’avais ce besoin viscéral d’indépendance, de liberté, de contribuer et participer de manière constructive, moi aussi, à la vie sociale.

Seulement, il faut dire, qu’en la matière, je n’avais pas vraiment de références dans mon entourage. Ma mère avait quitté une carrière dans le notariat pour nous élever, mon frère, ma soeur et moi (parce qu’à l’époque c’était comme ça, les garderies n’existaient pas et c’était les grands mères qui gardaient les enfants). Issue d’un milieu modeste, ouvrier, les entrepreneurs (patrons ou commerçants) étaient considérés comme des nantis, des personnes au-dessus des autres, de nous et donc de moi. Pour moi, petite fille réservée, avide d’égalité, d’authenticité et de partage, le chemin s’avérait plutôt ardu.

Un équilibre imaginaire

J’ai cherché cet équilibre entre famille (mariée 2 enfants) et activité professionnelle pendant 13 ans. Passant d’emplois salariés toujours au smic, à 6 ans à la tête de ma petite entreprise, puis le marketing de réseau, cumulant jusqu’à 3 activités en même temps dans les secteurs de la décoration, la communication, le marketing, le commerce de détail, les grands groupes pharmaceutiques, la construction et de la rénovation, le prêt à porter et les accessoires de mode, l’optique, la presse, pour arriver fin de l’année 2017, épuisée mentalement et physiquement.

A force de courir dans tous les sens pour répondre aux attentes de la société et assurer le quotidien et bien on finit par perdre de vue nos priorités. Le pourquoi on s’est lancé dans cette quête. Je ne voyais presque plus mes enfants, mon mari, mes amis. Même les week-ends étaient pris par mes activités pros et tout ça pour quoi ? Pas grand chose en fait, rien ne décollait, je survivais tout juste. J’étais bien loin de mon désir de liberté.

Alors, j’ai tout arrêté. J’ai accepté une proposition d’emploi à mi-temps et fait le vide dans ma vie pour revenir à l’essentiel : voir grandir mes enfants, passer du temps en famille, savourer le plaisir de couper mes légumes moi même au lieu de les acheter en sachets, prendre le temps de vivre, tout simplement.

Odile Laude Inspiratrice

Quand la vie vous envoie un messager

Et puis, au détour d’un réseau social, je suis tombée sur un métier qui m’était totalement inconnu, l’infopreunariat. Un homme au nom improbable en expliquait les grandes lignes et surtout sa vision d’un monde meilleur, et ses mots résonnaient en moi d’une telle force, que j’ai embarqué dans sa formation du jour au lendemain persuadée que j’avais enfin trouvé le moyen de me construire cette carrière professionnelle qui me permettrait de trouver cet équilibre personnel qui me faisait jusqu’à présent défaut.

Et c’est là que pour la première fois, j’ai entendu un grand entrepreneur parler de développement personnel, et j’ai rapidement réalisé que la raison pour laquelle j’avais stagné dans ma vie professionnelle toutes ces années, c’est que j’étais remplie de peurs, de croyances (pourtant j’étais persuadée que c’était ok) et qu’il n’y avait plus de place en moi pour accueillir autre chose.

J’ai donc passé 1 an à me déconstruire, à lâcher une peur après l’autre, une croyance à la fois. J’ai découvert qui j’étais, une personne à Haut Potentiel (non mais faut le faire!), moi qui me pensais un peu simple comme fille, et je me suis mise en action.

Début 2019, je mets en ligne mon Blog “Donner des ailes aux enfants Zèbres” dans lequel je mets en lumière le Haut Potentiel (HP) et l’éducation positive au travers des neurosciences appliquées pour aider les familles à comprendre ce que vivent les enfants HP. Tout ça, en passant du temps en famille et avec les gens que j’aime.

Je m’ouvre de plus en plus aux autres, les partenariats commencent à arriver mais c’est sans compter sur les facéties de la Vie. et c’est sans appel, que le 10 mai 2019, la sentence tombe tel un couperet : cancer du sein, stade 3. Un carcinome infiltrant triple négatif. Une tumeur, agressive, qui se développe très vite.
Il faut agir tout de suite.

Devant l'obstacle ...

Agir.

Les personnes qui ont vécu l’annonce d’une maladie grave, savent très bien qu’agir quand on se retrouve dans cette situation relève d’un grand courage. La peur, voire même la terreur nous cloue littéralement sur place. Alors vous avez deux solutions. Ou vous vivez cette peur au quotidien ou vous décidez d’agir. Après une semaine, j’ai pris ma décision. J’ai choisi d’y aller à fond.

J’ai mis mon dossier dans les mains du corps médical, un service et des médecins en qui j’avais une entière confiance. Et puis, j’ai décroché mon téléphone et surmonté une première peur, moi qui avait pour habitude de toujours me débrouiller toute seule pour ne pas embêter personne.

J’ai osé demander de l’aide. 

La Vie venait de mettre sur mon chemin des personnes, coachs, accompagnants, amitiés aux talents exceptionnels et avant-gardistes. Et ils m’ont tous dit oui.

J’ai été puisée tout au fond de moi, là où se logeaient mes peurs, mes incompréhensions, mes révoltes.

Et mois après mois, jour après jour, heure après heure (parfois minute après minute), j’ai revisité chacune de mes croyances, pris soin de ce corps que j’ai enfin appris à aimer, même sans cheveux. Au fil de mes traitements, je me suis redécouverte.

J’ai ainsi réalisé qu’on a tous un potentiel illimité et inexploité qui peut nous faire transcender n’importe quel défi de vie.

Aujourd’hui, guérie, j’ai choisi d’accompagner les personnes qui traversent ou qui ont traversé la maladie à sortir de l’impasse émotionnelle dans laquelle elles se trouvent et qui les paralyse. Qui les empêche d’avancer vers la vie dont elles rêvent, dans la sérénité et l’amour d’elles-mêmes.

Ma Vision

Je suis la fondatrice avec Stéphane Robin d’un projet qui s’appelle “l’Expérience du Coeur” à travers lequel, j’inspire les gens à se reconnecter à leur être originel. A cette force intérieure, cet Amour Universel présent en chacun de nous. 

Je suis intimement convaincue que chacun a sa place en ce Monde, son propre chemin à suivre et qu’en même temps, nous sommes tous interconnectés. Que peu importe notre passé ou nos expériences vécues, nous pouvons toujours reprendre le pouvoir sur nos vies et accéder à notre propre bonheur. Et qu’en faisant cela, alors, on peut rayonner sur les autres, notre environnement et avoir un impact puissant sur le monde et la planète.

Partager cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Odile Laude

Odile Laude

J’ai choisi d’accompagner les personnes qui traversent, ou qui ont traversé la maladie, à sortir de l’impasse émotionnelle dans laquelle elles se trouvent et qui les paralyse. Qui les empêche d’avancer vers la Vie dont elles rêvent, dans la sérénité et l’amour d'elles-mêmes. Parce que Oui ! VIVRE pleinement heureuse avec une belle énergie malgré des traitements lourds et la maladie c’est POSSIBLE. En s'aimant telle que l'on est, sans peurs ni culpabilité. Parce que le BONHEUR, c’est maintenant !

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

D'autres articles qui pourraient vous plaire

Un cadeau mal emballé

La Vie vous apporte parfois des cadeaux mal emballés.

Sur le coup on se dit que vraiment c’est la pire chose qui nous soit arrivée. Et quelques mois plus tard, on se béni de l’avoir vécu.

Lire la suite »
Retour haut de page