Sélectionner une page

Existe t-il des caractéristiques propres aux enfants à Haut Potentiel ?

Alors, déjà…
Si tu te poses la question de savoir si ton enfant ne serait pas un enfant précoce, surdoué, à Haut Potentiel (tous ces mots voulant dirent la même chose) et que tu es en train de lire cet article…
Comment te dire ?
Il n’y a pas de hasard !
 

Il y a à mon sens, 3 choses qui vont t’aider à confirmer ton intuition : 

  • Voir si tu retrouves ton enfant dans la liste des caractéristiques communes à la plupart des enfants à Haut Potentiel
  • Faire passer un test de QI à ton enfant
  • Et surtout, faire confiance à ton propre ressenti 

 

Des caractéristiques communes aux enfants HP
 

Bien que je ne sois pas trop pour cette stigmatisation des enfants à Haut Potentiel à travers cette liste de caractéristiques, elle n’en reste pas moins un très bon outil pour savoir si on se trouve sur le bon chemin. 

En effet, on peut très bien retrouver son enfant dans quelques situations listées ci-dessous, sans pour autant qu’il soit un enfant surdoué et vice versa.

Saches également, que les caractéristiques suivantes sont issues de constatations cliniques, observées en cabinet lors de consultations psy, mais ont aussi été confirmées lors d’une étude purement scientifique, dont tu trouveras les résultats par ici 

 

Un bébé au regard scrutateur et curieux 

 

Dès la naissance, les parents d’enfants à Haut Potentiel peuvent déjà constater des particularités de comportement.
Souvent, d’ailleurs, ces signes passent inaperçus, parce que c’est notre premier bébé et donc on n’a pas de points de repères quant au développement “normal” d’un jeune enfant. Et puis des fois, parce que nous aussi on fonctionne un peu comme ça, tout simplement. 

 


Une maman me parlait de son désarroi face au regard très appuyé de son bébé, l’impression qu’il la suivait partout avec un regard fixe et scrutateur.

Ce sont des enfants qui aiment être assis, qui tiennent très vite leur tête sans aide et hurle dès que l’on veut les mettre dans le cosy. Infatigable, les nuits sont courtes et les siestes vite zappées.
Ils ont tout de suite un vocabulaire très riche et parle “droit” dès les premiers mots prononcés. Et là, préparer vos réponses car les questions vont fuser ! 

 

Les questions existentielles 

 

Maman, il se passe quoi quand on est mort ?

J’étais où avant de naître ?

Oui, mais avant d’être dans ton ventre ?

Il a combien de dents, le Carcharodontosaure ? 

Dès le plus jeune âge, l’enfant à Haut Potentiel a une grande lucidité sur son environnement proche et lointain. Son mode de fonctionnement cérébral lui permet de pousser son raisonnement toujours plus loin. Ce besoin de penser en permanence, d’extrapoler, de philosopher même sur le monde l’amène à une remise en question des choses et des règles établies.  

Il n’est pas rare d’avoir des enfants qui, dès l’âge de 3 ans posent mille et une questions sur la mort, pourquoi on vit, se passionne pour les dinosaures, le système solaire. Tout ça en se brossant les dents ou quand c’est l’heure de mettre son manteau et ses chaussures pour aller à l’école et qu’on est juste super en retard.

Evidemment, pas facile de se concentrer sur les choses du quotidien quand on a en permanence mille questions dans sa tête !  

 

Le négociateur
 

Quel bonheur pour le petit enfant HP que le jeu de la négociation !

Non seulement, ça permet d’exercer sa capacité orale, d’apprendre de nouveaux mots. Ce jeu n’a pas de fin, il y a toujours moyens de trouver de nouvelles justifications quand on a un esprit créatif et c’est juste génial pour tromper l’ennui et éviter d’aller se coucher ! 

 

Une extrême sensibilité 

 

On constate très souvent une hypersensibilité sensorielle mais aussi émotionnelle. 

Sensibilité au bruit, à la lumière, au toucher plus ou moins importante selon les profils d’enfants HP.

  • Au quotidien, ça donne des enfants qui refusent de rester à table parce que Papa fait trop de bruit en mangeant, que la salade de concombres sent mauvais ou que t’as changé de marque de yaourts et ceux-là n’ont pas le même gout.
     
  • C’est aussi des crises interminables pour s’habiller. L’étiquette qui gratte, les chaussettes qui font mal aux pieds, le pantalon qui est trop serré ou le pull : celuilà je l’aime pas, il est pas assez doux !” 
  • Ils ont cette capacité à décomposer une scène dans les moindres détails, les vêtements que portent une personne, la manière dont elle bouge, la façon dont sont disposés les objets et de nous rappeler cet événement quelques années plus tard avec une précision qui nous laisse sans voix. 

Les émotions sont très fortes pour les enfants HP. Ils sont souvent dans le “trop”. Tout est vécu avec une intensité dramatique et exacerbée. Ça déborde, ça dérange : une joie c’est de l’extase, la colère de la haine, un échec la mort. Ils voudraient que tout le monde les aime, avoir plein de copains, mais leur comportement imprévisible les laisse souvent dans une grande solitude. 

Cette grande lucidité, la capacité à décortiquer l’information et cette exacerbation des sens engendrent chez ses enfants de nombreuses angoisses, un besoin de tout contrôler et de tout comprendre. Ce sont d’ailleurs ces troubles qui font se poser tant de questions aux parents et les poussent à en chercher la cause.
 

L’anxiété et les troubles du sommeil 

Ils ont souvent un niveau d’exigence vis-à-vis d’eux-mêmes très élevé.
Ne supporte pas l’échec, se trouve nul.

D’un autre côté, certains enfants iront jusqu’à se sur-adapter (notamment les filles) et ainsi répondre exactement à ce que l’on attend d’eux, à l’école et même aussi vis-à-vis de leurs parents, allant même jusqu’à cacher leur potentiel pour être dans la norme. 

Le sommeil pose problème très jeune. Difficultés à s’endormir, cauchemars récurrents, pleurs, insomnies et même refus catégorique d’aller se coucher à une heure décente à grands renforts de cris. 

 

Un sens aigu de la justice

Le sentiment d’injustice et la recherche permanente de la vérité conduit souvent l’enfant HP dans des situations difficiles qui à la base ne le concerne pas. 

C’est par exemple, l’enfant qui prend la défense d’un camarade en classe parce qu’il juge que la punition de la maîtresse n’est pas justifiée. “La dernière fois, Thomas a fait la même chose que Maxence et il n’a même pas été puni, lui” 

Ou encore, ne pas obéir à une consigne parce que pour lui, cette règle est inadaptée ou idiote. 

 

Des enfants sans filtres 

La notion de différence hiérarchie ou sociale lui est souvent étrangère. Il est capable de s’adresser à un adulte ou à son enseignant comme s’il parlait à son copain sans sourciller le moins du monde.  

Le discours est d’ailleurs souvent cash et direct, pourquoi y mettre des formes ?
“T’as vraiment une coiffure de merde” ou encore “Plutôt crevé que de me ranger avec toi”. 

Cette particularité peut faire dire à votre entourage que votre enfant est irrespectueux, insolent, voir mal élevé. Elève perturbateur, ingérable, colérique, toujours un truc à dire ou à contester. 

 

Des réponses intuitives ou atypiques à un problème donné 

A l’école, la fulgurance de la réponse ou l’incapacité d’expliquer le cheminement qui a amené à trouver la solution sont sources de grandes frustrations et d’incompréhension pour les enfants HP comme pour leurs enseignants.  

La réponse peut même être complètement à côté de la consigne ou totalement inattendue mais d’une logique toujours implacable.

 

 

 

Un humour très cinglant

Le maniement de lhumour et notamment du second degré est maîtrisé très jeune et il n’est pas rare de voir un son jeune enfant utilisé l’humour noir pour faire une blague à sa mamie.
Euh… je te laisse deviner la tête de mamie !
 

Paradoxalement, il ne supporte aucun trait d’humour à son égard, prenant les mots au pied de la lettre, il ne perçoit pas du tout le sens comique. Susceptibilité extrême ! 

Et oui !
On n’a jamais dit que c’était facile tous les jours !  

Quand le test de QI s’impose 

Si vous retrouvez votre enfant dans plusieurs des caractéristiques ci-dessus, la prochaine étape est inévitablement le test de QI.

Cette étape peut faire peur et c’est bien compréhensible.

Non seulement parce qu’elle va donner un éclairage nouveau sur votre enfant, peut-être même confirmer un ressenti qui vous suit depuis de nombreuses années.
Il y a aussi le doute, la peur de s’être tromper sur toute la ligne, que le test soit négatif.
Et puis que vont penser les autres, notre entourage et nos amis ? 

Alors déjà, pour vous rassurer, j’aimerai vous dire 2 choses : 

  • Faites confiance à votre intuition (vraiment !)
  • Pour 80% des familles qui consultent, les tests sont positifs (dixit Fanny Nusbaum). Qui de mieux placés que les parents pour connaitre parfaitement leur enfant. Leur intuition est souvent la bonne alors… 

Je dirai que le plus délicat dans tout ça, et ce sur quoi on devrait concentrer toute son attention en tant que parents, et bien c’est de trouver le bon professionnel pour réaliser les tests pour son enfant. 

Trouver un psychologue sensibilisé aux enfants HP, bienveillant et pro. Il doit avoir établi un climat de confiance avec votre enfant dès la première rencontre, comprendre les raisons qui vous ont poussées à consulter et vous proposer un bilan détaillé du test de QI. Sinon, passez votre chemin !  

Le test et après … 

Le test de QI s’il s’avère essentiel à mon sens pour accompagner au mieux l’enfant à Haut Potentiel, n’est pas une fin en soi.
Bien au contraire.
Ce n’est que le début de l’aventure !
 

Et n’oubliez pas, ” ça prend un village pour élever un enfant et quelques 20 années à temps plein “

Et vous.
Quelles ces petites choses qui vous ont fait sauter le pas du test de QI pour votre enfant ?
Quel souvenir en gardez-vous ? 

Et si vous voulez en savoir plus sur le Test de QI, c’est par ici 

Qui est Odile Laude?

Auteur du Blog : Des Ailes pour les enfants Zèbres.

Son crédo
: combattre les idées reçues concernant les enfants à Haut Potentiel (aussi appelés Zèbres), apporter des solutions concrètes aux parents pour qu’ils se sentent moins seuls et les aider à faire les bons choix pour leurs enfants.

“Les enfants à Haut Potentiel ont pour moi la qualité première, d’obliger leurs parents à devenir la meilleure version d’eux mêmes.”

VOUS AIMEREZ ÉGALEMENT…

HP : 4 raisons de faire tester son enfant

Pourquoi faire tester son enfant ? Dans certaines familles, la réponse est évidente. Mais pour beaucoup, la décision soulève beaucoup de questions. Et pour cause ! Que va-t-on penser de moi si je fais passer un test de QI à mon enfant. Les gens vont me prendre pour...

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This